L’invitée du blog, Delphine (coach transition de vie et professionnelle) nous parle de : l’autosaboteur

Coucou mes petits bordels,

Aujourd’hui j’ai l’honneur d’avoir comme invitée sur le blog Delphine qui nous a préparé une bombe d’article super intéressant spécialement pour le challenge déconfinement.

Delphine est coach et elle aide des personnes en transition de vie ou de carrière professionnelle. J’ai eu la chance de travailler avec elle pour ma transition et je ne peux que vous la recommander les yeux fermés. Pour la petite histoire, nous nous sommes connues à l’école il y a plus de 25 ans, et grâce à la magie de Facebook nos chemins se sont à nouveaux croisés et aujourd’hui je suis trop heureuse de pouvoir partager ce cadeau avec vous. C’est parti Delphine c’est à toi :

 

Autosaboteur ?… Quésaco ? …

Petite « voix intérieure » qui a tendance à ne pas aimer le changement et qui essaie de nous faire croire que de rester dans nos vieilles habitudes c’est mieux … et que bien souvent, on n’est pas capables de changer ou alors que c’est trop compliqué et qu’on a beaucoup à perdre si on change quoi que ce soit …

Il est plus ou moins actif en nous, dépend de la place qu’on lui a laissé jusqu’à aujourd’hui et à quel point on l’a nourri en se persuadant qu’il avait raison… 

Quelles sont ses stratégies ? (Il nous fait nous exprimer en commençant nos phrases par …) 

  • « Tu ne peux pas … »
  • « Tu devrais … »
  • « Tu dois … »
  • « Il faut que tu … »
  • « Tu as besoin … »
  • « Tu ne mérites pas … »

Ça vous parle ?….. 

Entrer en guerre avec son saboteur est le laisser gagner ! Mais alors… Que faire ??
Commençons par le commencement… 

Je suis actuellement en formation pour devenir coach professionnelle certifiée en juillet de cette année si tout se déroule bien et j’y crois ! (covid vs pas covid)

Déjà j’aimerais remercier Myriam car c’est elle qui m’a proposé de participer à ma manière au challenge qu’elle a lancé sur facebook et j’en étais très touchée ! On s’est demandé comment est-ce qu’on pouvait mixer nos deux activités pour que ça amène peut-être un petit plus pour vous. J’ai tout de suite pensé à l’autosaboteur car il est présent en chacun d’entre nous et risque de se pointer ou pas pendant votre semaine de challenge. Comment ? En essayant de vous convaincre avec les stratégies mentionnées ci-dessus. 

L’autosaboteur est un sujet sur lequel je me renseigne beaucoup via ma formation mais j’ai aussi l’occasion de le rencontrer activement lors de sessions de coaching avec mes coachee et je ne vous cache pas que le mien a été très actif longtemps et que je commence gentiment à le reconnaître de mieux en mieux et on arrive même à se mettre d’accord parfois. J’aimerais modestement aujourd’hui vous parler un peu de lui et espère que ce partage vous sera un peu aidant. 

Qui est-il ? … Il n’est physiquement pas vivant et pourtant ça ne l’empêche pas de prendre de la place. Il est plus ou moins présent en chacun d’entre nous. 

Comment fonctionne-t-il ?…Il est très mâlin. Il réussit à jouer de nos peurs pour que nos décisions s’orientent plus sur des habitudes/réactions connues/habituelles que de nouvelles expériences/décisions. Quand on prend une décision quelconque, il essaie de nous rendre l’exercice plus compliqué qu’il ne l’est. 
Il nous fait croire que c’est dans notre intérêt de continuer à agir selon nos habitudes. (Habitudes = « peur » du changement = outil de l’autosaboteur)

Message du saboteur : « Si tu prends le risque de changer, tu vas » :
« perdre des amis », « avoir tort », « échouer », « être pauvre », « être rejeté », « te retrouver dans une situation embarrassante »…… mais encore … « Si tu ne fais pas les choses de la manière dont je le veux, tu vas te retrouver tout seul ou en très grande souffrance physique ou émotionnelle, ou même tu vas mourir »… Comme vous pouvez le voir, il ne manque pas d’imagination ni de conviction et il ne fatigue pas facilement…

Comment l’apprivoiser ?…. En l’observant quand il est là à l’œuvre ! Vous me direz : « t’es bien gentille, mais t’as dit plus haut que physiquement il n’existe pas… du coup, je fais ça comment ?? »

Je m’explique… Mettre en conscience qu’il existe et que parfois il se manifeste. Et quand il se pointe, le reconnaître et lui accorder de la place sans essayer de le contrôler ou de comprendre : pourquoi il est là, ce qu’il veut, pourquoi comme ça, etc…. ?
L’autosaboteur connaît la puissance de l’observation et il en a PEUR ! Il va essayer de tout faire pour vous distraire. 

Une première étape pourrait être, dès qu’on le reconnaît, de se tenir debout ou assis les deux pieds bien à plat au sol, d’inspirer (par le nez) et expirer (par la bouche) quelques fois pleinement, (minimum 5 fois – bien remplir et vider ses poumons) en se connectant à soi physiquement et en se demandant ce que ça nous fait là tout de suite… ?
Quelle émotion est en train de m’habiter ? (la nommer : colère, tristesse, joie, frustration, etc..) Ou se situe-t-elle ? (au niveau de mon ventre, sous la forme d’un nœud dans la gorge, crispation dans la nuque, tension quelconque, etc…)
Le fait de concentrer notre conscience sur notre corps et l’instant présent active nos récepteurs sensoriels. Observer nos émotions et voir ce qu’elles nous font et comment elles se manifestent. Cette conscience nous aide à faire la différence entre son autosaboteur et soi. 

Piéger ses émotions = prendre le risque de se retrouver piégé dans un état émotionnel non souhaitable.

Vous avez le pouvoir de le rendre impuissant à condition de : 

  • Simplement observer et être dans l’instant présent
    Faire des choix conscients ( je veux …, je ne veux pas… au lieu du je peux/je peux pas, je décide de…, je décide de ne pas… au lieu du il faut/il faut pas, je choisis de/je choisis de ne pas… au lieu du tu dois/tu ne dois pas) et assumer la responsabilité de son propre choix
    Jongler avec les différentes options/perspectives qui s’offrent à vous
    Être impliqué dans le processus en cours

Si je perçois les choses comme n’étant pas un choix, alors je me sens piégé ! (SE SENTIR PIEGE vs JOUIR DE LA VIE – ces deux états sont pratiquement incompatibles) 

Très courte réflexion sur le mot « besoin » … (nourriture, eau, air, abri, câlins) tout le reste est souvent plus une envie qu’un réel besoin… Nan ? …

« Avoir envie de la plupart des choses/personnes dont on imagine avoir besoin …»
Souvent on prend ça comme un compliment quand on nous dit « j’ai besoin de toi ». Mais je vous pose la question, qu’est-ce qui fait le plus plaisir ? 

  1. Qu’on ait besoin de nous ?
  2. Qu’on nous dise qu’on nous aime vraiment et qu’on désire être avec nous ?

Le fait de remplacer le « besoin » par le « désir » est un PUISSANT outil contre l’autosaboteur !

Il essaie de nous faire croire qu’on n’est pas dignes de ce dont on a envie… 

Parlons de la culpabilité ! Elle, elle le ne sert aucun objectif en général…
J’ai un jour dans un livre lu un exemple imagé qui m’a bcp parlé et je me permets de le partager avec vous. 

Je vous propose d’essayer d’imaginer la culpabilité comme une reconnaissance de dette … Vous y êtes ?…
Deux options s’offrent à vous : 

  1. La déchirer 
  2. Se demander à qui on peut bien devoir cette somme ?… Et du coup se demander combien je lui dois réellement ?

Il proposait ensuite de méditer une décision raisonnable avec soi qui permette de déchirer la reconnaissance de dette … Et de la réduire en pièces !

  • La réaction de l’autosaboteur face à ça ? S’ENFUIR A TOUTES JAMBES !!!

Deux petites phrases qui me parlent et me font du bien alors vu qu’on est dans le partage, je continue : 

« Vous méritez tout ce dont vous avez envie et vous pouvez désirer tout ce que vous décidez de désirer » 

« On est responsables de nos choix » 

Dernière petite chose et après je vous laisse digérer tout ça promis… 

Y’a un outil que je trouve très aidant avec les différents objectifs (pros ou persos) que l’on se fixe et qui permet quand on prend le temps de le faire d’avoir un allié quand l’autosaboteur à tendance à se pointer.
C’est la pyramide de Dilts qui parle des différents niveaux logiques. Je vous joins une photo de ladite pyramide et vous vous apercevrez qu’elle aborde : L’environnement & le contexte, les comportements, les compétences & capacités, les croyances & valeurs, l’identité et pour finir la mission. Si on prend le temps de méditer ces points là en se demandant à l’aide des questions, ce qui est important pour nous, alors, ça aidera à établir un fil rouge qui répond à nos valeurs et qui sera un joli support à relire quand l’autosaboteur essaiera de vous rendre visite ponctuellement. IMG_D06823A4DAFA-1

J’espère que ce texte vous aidera à « observer’ avec un oeil nouveau votre autosaboteur et je me réjouis de vous lire!

Je vous envoie de belles ondes.

Amitiés,

Delphine

Contact: delphine.pache@hotmail.com

©Delphine Pache 2020

 

 

 

 

Publié par

Laisser un commentaire